Blog
31
05
2020

Réseaux sociaux et alimentation : une tendance dangereuse ?

Réseaux sociaux et alimentation : une tendance dangereuse ?

Les réseaux sociaux font désormais partie intégrante de la vie quotidienne de nombreuses personnes. L’alimentation est l’un des domaines dans lesquels ils sont le plus présents. Quels sont les risques de se laisser emporter par les recommandations nutritionnelles des influenceurs ? Nous vous l’expliquons en détail.

La diffusion et l’échange de contenus liés à l’alimentation sont fréquents sur les réseaux sociaux. Les messages ont souvent un but symbolique sur ces plateformes, mais en même temps cette communication peut aussi avoir des effets, notamment sur les adolescents.

Un simple coup d’œil à Instagram ou à Facebook ne nous montrera pas seulement des images attrayantes de recettes. Souvent, nous trouvons également des informations et des conseils sur la santé et le bien-être, parfois diffusés par des influenceurs non qualifiés qui nous expliquent ce qu’ils mangent et comment ils s’entraînent.

Quel que soit le type d’information que nous recherchons (à quoi devrait ressembler une alimentation saine, les avantages du végétalisme, les régimes paléo, le végétarisme ou si nous devrions manger plus de glucides), l’influence des réseaux sociaux oriente de plus en plus nos choix alimentaires.

Nous nous retrouvons souvent avec des idées contradictoires sur les différents régimes alimentaires et nous finissons un peu perdus et confus.

Les principaux risques des réseaux sociaux et de l’alimentation

L’utilisation généralisée des réseaux sociaux a engendré une certaine intrusion dans le domaine de l’alimentation. Bien que cela ne semble pas dangereux au premier abord, le fait de partager des conseils en matière de santé et d’alimentation qui ne sont pas soutenus par les médecins et les nutritionnistes peut avoir des effets négatifs.

Les études réalisées sur la relation entre l’utilisation des réseaux sociaux et leurs effets sur l’alimentation ont révélé une forte association entre les deux. L’une de ces études, publiée dans le Journal de l’Académie de nutrition et de diététique, admet que les réseaux sociaux combinent de nombreux aspects visuels des médias traditionnels tels que les magazines avec la possibilité pour les utilisateurs d’interagir et de diffuser des stéréotypes susceptibles de soulever des préoccupations concernant l’alimentation et l’image corporelle.

La recherche, qui se concentre sur les réseaux sociaux tels que Facebook, YouTube, Twitter, Instagram, Pinterest et LinkedIn, conclut que les adolescents qui passent le plus de temps sur l’une de ces plateformes sont 2,2 fois plus susceptibles de souffrir de troubles alimentaires et d’image corporelle que ceux qui ne consultent pas autant les réseaux sociaux.

D’une manière générale, certains des principaux problèmes détectés aujourd’hui concernant l’utilisation des réseaux sociaux et des informations sur la nutrition sont :

  • La saturation de l’information : une infinité de profils sur les réseaux sociaux parlent de nutrition et d’alimentation, dont très peu mentionnent leur formation (s’ils en ont une). Les blogueurs, les influenceurs, etc. sont comme les gourous de l’industrie alimentaire, qui nous inspirent et nous motivent pour une alimentation saine et qui nous disent quoi manger même lorsque nous n’avons pas le temps de cuisiner.
  • L’intrusion professionnelle : dans le domaine de l’alimentation, il se passe quelque chose qui est difficile à détecter dans d’autres domaines de la santé, c’est-à-dire que toute personne sans préparation académique ou formation est engagée dans le conseil en nutrition. Souvent, ce sont des personnes qui ont suivi un régime alimentaire qui a fonctionné pour elles et qui conseillent les autres.

Plus la population est informée, moins elle est informée et plus elle se sent confuse et désorientée sur des questions telles que l’alimentation.

Une nutrition fondée sur des données probantes

Les réseaux sociaux sont une plateforme aux multiples avantages. Toutefois, nous devons bien choisir les informations afin de ne pas faire de mauvais choix ou de ne pas permettre que notre relation avec la nourriture soit modifiée.

  • Suivez les professionnels de la santé et les diététiciens : recherchez des informations nutritionnelles basées sur des preuves fournies par des organisations d’experts.
  • Si cela semble trop beau pour être vrai (par exemple manger des bananes pendant une semaine vous fera perdre cinq kilos en une semaine), ce n’est probablement pas vrai. Comparez les informations avec des sources fiables.
  • Cherchez la source officielle : si l’information n’est pas scientifique, on peut s’interroger sur la véracité du contenu. En cas de doute, il est toujours conseillé de consulter les organismes officiels en matière d’alimentation et de sécurité alimentaire.

En cas de doute, consultez un diététicien-nutritionniste, qui est le professionnel et expert en matière d’alimentation et qui pourra résoudre tous vos doutes concernant les habitudes saines.

Sources :

author: BC ALAMELE

Commentaires
0

Leave a reply